Vous êtes ici : Accueil du site > Le projet "Andavadoaka" > Financements

ANDAVADOAKA

Financements

Petite fille, Andavadoaka, 2008 Un premier projet nommé « Démonstration des bénéfices des Réserves Marines dans la zone côtière d’Andavadoaka, Sud Ouest de Madagascar au travers d’un partenariat public-privé » a bénéficié pendant deux ans, jusqu’en juillet 2007, d’un financement de la Coopération française, via son Fond de Solidarité Prioritaire « Gestion Décentralisée des Ressources Naturelles ». A cette date, il était prévu qu’une seule Aire Marine Protégée (AMP) soit mise en place sur le littoral d’Andavadoaka. Or, si des réserves de pêche tournantes étaient bien opérationnelles, aucune zone sanctuaire n’avait encore été définie. Ces retards dans le processus de création de l’AMP ont conduit WCS a demandé un financement complémentaire de 2 ans au Fond Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) qui a pris fin en Juillet 2008 (Figure 6).

Figure 6 : Chronogramme de financement du projet

L’acceptation de cette demande a conforté WCS dans sa démarche de promotion d’une gestion participative centrée sur les communautés locales, celles-ci ayant souhaité étendre ces AMP au delà du secteur initialement ciblé. Le projet a donc changé de forme. Il ne s’agissait plus de mettre en place une AMP unique sur Andavadoaka mais de créer une grappe de petites AMP qui s’échelonnerait depuis la Baie des Assassins au sud d’Andavadoaka jusqu’au village de Bevato au nord. Innovation majeure à Madagascar : ce sont les communautés locales qui choisiront elles-mêmes la délimitation de ces AMP.

Pirogues a balancier, Andavadoaka, 2008 Le projet présenté ici d’« Appui à la mise en place de réserves marines pour le développement des littoraux du sud-ouest de Madagascar », financé par le Fond de Coopération Régional (FCR), s’inscrit dans cette dynamique. Il a été élaboré en 2004 en même temps que le projet soumis pour financement au Fond de Solidarité Prioritaire (FSP) auquel il apportait un appui méthodologique et scientifique sur le secteur d’Andavadoaka. Compte tenu de l’importance des enjeux et des excellentes relations tissées avec l’IRD de Madagascar, les responsables du FSP « Gestion Décentralisée des Ressources Naturelles » souhaitait que le projet qu’ils finançaient puisse bénéficier des compétences des scientifiques de la Réunion ayant déjà travaillé dans le domaine de la coopération régionale sur les AMP et la gestion intégrée des zones côtières de l’Océan Indien.

Enfants, Andavadoaka, 2008 Au final, le présent projet n’a démarré que fin 2005, pour une durée de deux ans. Un avenant de six mois a permis de prolonger l’étude jusqu’au second trimestre 2008, de manière à ce que l’étude de l’IRD/ARVAM financé par le FCR soit synchrone avec celle de WCS financé par le FFEM. 


Site réalisé en SPIP | Crédit & Mentions légales | Site non optimisé pour FF3 Mac